Les billets de Manuel

"On n'écrit pas pour soi, mais pour les autres. Pour les morts qui subsistent en nous, et pour les vivants qui nous lisent." JM Delacomptée

Les Plumes reprennent…

Classé dans : Petites histoires — 29 octobre, 2011 @ 8:00

 

 Les Plumes reprennent... dans Petites histoires machine-brouillons-1

 Les plumes reprennent chez Asphodèle et je m’y remets avec bonheur avec la liste de mots suivants:

illusion – irréfragable – ivresse – infatigable – impasse – immersion – image – indicible – interstice – imbécile – itou – inhumer – inconstant – indigestion – imaginaire – irréfléchi

« Ouh ouh ouh ouh ahah… Illusion… »

Tu parles d’une illusion, quel imbécile ! Je m’étais retrouvé dans l’impasse, embringué dans cette soirée à la con. Il faut dire que je l’avais cherché en lançant l’idée d’une soirée vinyle de façon irréfléchie et vu le succès, la soirée années 80 fut lancée; je me sentais donc un peu fautif.

Il fallait une bonne dose d’inconscience pour plonger en immersion des heures durant dans les années 80 ! Tout y passait ! Le DJ du soir, infatigable, enquillait tous les tubes des années 80 les uns après les autres, et le pire c’est que je les avais tous écoutés à l’époque !

Disons-le, j’étais ronchon avec aucune envie d’être là, et passer une soirée seul en célibataire quand tous les autres sont en couple, c’est l’horreur ! Mon humour ravageur ne me servait pas, faisant ainsi mentir le fameux adage : « Femme qui rit à moitié dans son lit »… Je pensais à un ancien membre du Splendid qui, questionné sur l’humour et la séduction disait : « En début de soirée je faisais rire les filles et en fin de soirée je faisais rire les couples… ». Bref ça sentait la nuit d’ivresse…

J’en étais à peu près là, lorsque je fredonnais accompagnant la chanson de Souchon « Je veux du cuir, pas du peep show, du vécu, je veux des gros seins, des gros culs … » C’est à cet instant précis que Sylviane surgit dans ma vie, dans l’interstice d’un store à lamelles métalliques qui fleurait bon le magasin suédois, elle apparut sans gros seins ni gros cul en pleine discussion dans la cuisine… Elle ne correspondait pas à la femme imaginaire fantasmée mais je tombais instantanément sous le charme, un indicible sentiment s’installa. Son auditoire, deux femmes blafardes qui semblaient au bord de l’indigestion, buvait littéralement ses paroles. Je pensais à la phrase de Cendrars sur l’emprise irréfragable de la parole enflammée et me décidais à entrer dans cette cuisine américaine…

C’est à ce moment précis que le DJ à la prestation inconstante osa un « C’est la ouate » de Caroline Loeb qui me fit regretter de ne pas posséder un permis d’inhumer !

Sylviane lança à ses deux copines :

      -  Un mojito les filles ?

Puis d’un regard vers moi :

      -  Et vous ?

      -  Itou ! M’entendis je répondre connement !

Je me souviens que ce fut le début de mes désillusions…

 

17 commentaires »

1 2
  1. Jeanne dit :

    oh lala , les soirée années 80 qui donnent l’illusion de pouvoir redevenir jeune !
    bien vu la chanson de Souchon , ton texte est vivant , j’y ai vu Michel Blanc en premier rôle
    heureusement , un soupçon d’espoir .. il y aura une suite ?

  2. wens dit :

    Je me souviens maintenant de cette soirée, j’étais le disk Jockey et j’ai ramené deux jolies filles pour finir la nuit. J’ai l’impression que pour toi c’était moins marrant.
    Merci pour ce texte.

  3. Antiblues dit :

    Voilà ce qui arrive quand on se fait des films !
    Perdre ses illusions avec humour, n’est ce pas le comble de l’élégance ??

  4. Zoé dit :

    Ah ! les années 80…. Ton texte très réaliste sur les soirées à la con me rappelle que justement ce soir……… J’y vais !

  5. Asphodèle dit :

    Ben tu avais déjà dû carburer au mojito hier soir en m’envoyant un lien halluciant avec des % et des php, bref je viens de rétablir ! Quelle soirée mon dieu et quel cauchemar la musique des années 80 mais chute qui me laisse en attente

  6. Mind The Gap dit :

    J’adore le permis d’inhumer pour Caroline Loeb…remarque elle s’est un peu étouffée toute seule dans son coton.
    Texte très sympa, plein d’humour un peu décalé et toujours ce sens du récit…

  7. claudialucia ma librairie dit :

    C’est vrai que « Itou » ça fout en l’air la drague, c’est une vérité irréfragable!

  8. Soène dit :

    Hello !
    Encore une sombre histoire, il me semble, qui verra peut-être son dénouement avec les « j » ! lol !
    Ce genre de soirées apporte forcément son lot de désillusions…

  9. Valentyne dit :

    Mettre  » c’est la ouate » au moment où il allait conclure : c ‘ est criminel:-)
    bonne soirée

  10. ceriat dit :

    Les années 80, whoua !!! :-) Un texte qui se tient bien. :-)

1 2

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

 

le portail des senegalais s... |
Marie-Paule et Jacques |
une vente ou un échange? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Bonne Occaz
| La Bonne Occaz
| Le Quotidien de Timbedra